Voyage en Inde

© Suhrkamp Verlag, Berlin

© Suhrkamp Verlag, Berlin

Le 6 septembre 1911, en compagnie de son ami le peintre Hans Sturzenegger, Hermann Hesse embarque à Gênes sur le "Prinz Eitel Friedrich", pour aller en Inde, le pays où ses grands-parents et ses parents avaient exercé une activité de missionnaires. Mais ce voyage en Inde devient en réalité un voyage en Indonésie: Penang, Singapour, Sumatra, Borneo et Burma. Au cours de ces trois mois de voyage, ils abordent à peine le sous-continent: le bateau débarque certes à Ceylan, où Hesse met pied à terre pour visiter le sanctuaire bouddhique de Kandy et gravir la "montagne excellente", mais le projet de voir la côte de Malabar n'aboutit pas. Ce voyage de formation dans le lointain Orient s'inscrit dans une époque de réorientation: son troisième fils Martin vient de naître et Hesse se sent de plus en plus étranger et mal à l'aise dans sa famille, à Gaienhofen: l'envie de partir et de voyager se fait de plus en plus sentir. Il rêve d'une vie de célibataire. Mais le voyage en Inde est une déception. Il ne retrouve pas l'image idéalisée qu'il s'en était forgée à partir des récits de son grand-père Hermann Gundert. Il éprouve même de la répugnance pour cette réalité, pour la chaleur, la poussière, le colonialisme, les conditions sociales et la nature dévote des Malais. Seuls les Chinois lui inspirent du respect. Ce voyage trouve une première expression dans un livre qui paraît en 1913, Aus Indien (Carnets Indiens). Des années plus tard, Hesse reconnaît que la découverte de l'Inde ne lui a pas réussi et qu'il n'a ressenti aucune libération intérieure. Hesse écrit en 1919 dans une lettre: "Je suis persuadé depuis longtemps que l'esprit européen en est à son déclin et a besoin de retourner à ses sources asiatiques. J'ai vénéré Bouddha durant des années et j'ai lu la littérature indienne dès ma toute première jeunesse. Par la suite, je me suis senti plus proche de Lao Tseu et des autres Chinois. Mon voyage en Inde n'a été qu'un petit complément et une illustration de ces pensées et de ces études." Le véritable fruit de ce voyage fut pour Hesse son récit paru en 1922, Siddharta.