20/27

Quelque fois, cela m'a causé des ennuis, par exemple une fois où je m'exprimai maladroitement sur le célèbre poète Schiller, après quoi tous les clubs du sud de l'Allemagne s'insurgèrent promptement, m'accusant de profaner les sanctuaires de ma patrie. A présent, et depuis quelques années, je réussis à contrôler mes dires, en particulier ceux qui pourraient profaner les sanctuaires et provoquer une colère noire. Je considère que c'est un progrès. Étant donné que la réalité ne tient pas une place importante dans ma vie, que le passé me satisfait autant que le présent et qu'il m'apparaît à présent tellement loin, je ne puis vraiment séparer catégoriquement le futur du passé, comme le réussissent la plupart d'entre nous. Je vis énormément dans le futur et j'ai ainsi besoin de ne pas terminer ma biographie par le présent, mais je peux la laisser continuer à suivre son cours paisiblement.

 

En résumé, je vais raconter, comment ma vie décrit un arc complet. Jusqu'en 1930, j'écrivis encore quelques livres, avant de définitivement tourner le dos à ce métier. Deux jeunes étudiants appliqués ont mené des recherches et ont consacré leurs thèses à essayer de déterminer si je comptais effectivement parmi les poètes ou pas, mais n'ont pu apporter de réponse à cette question.